Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2020

La chatte sur un toit criant

Texte d'une confinée 

"La chatte sur un toit criant
 
                                        
Ce matin, à mon réveil, j’ai cherché ma chatte partout dans mon appartement. 
Elle n'était nulle part, ni sur son coussin à fleurs roses anglaises, ni dans la cuisine, à laper son eau fraîche, ni installée au piano, les pattes sur le clavier, l'arrière-train confortablement calé sur le tabouret de velours. 
Et pourtant...
Elle m’appelait en miaulant impérieusement, mais je ne la voyais pas, alors que j’avais regardé partout, sauf dehors, car je garde toujours soigneusement la porte close et les verrous fermés à double tour.  
Au bout d’un moment, alors, que je savais plus où chercher, ni sous le lit, ni derrière la machine à laver, ni derrière l’étagère à livres d’art, je me suis dit : 
- Mais où est elle donc? Elle ne peut être qu’ici puisque personne ne rentre ni personne ne sort. 
Je n’ai pas ouvert la porte, je n’ai pas ouvert les fenêtres, puisque je dormais à poings fermés depuis hier soir 23 heures.  Ou bien était-ce avant-hier soir  22 heures? Et d’ailleurs, étais-je bien chez moi? 
 Avant-hier soir, j’avais entrouvert la fenêtre pour aérer après avoir passé le sol de la cuisine à la Javel. Aurait-elle sauté sur le toit? Impossible, elle ne peut être qu'ici, dans ma chambre à coucher, puisque je l’entends appeler avec insistance! 
Je continue d’inspecter soigneusement la pièce, je me penche pour regarder à nouveau sous le lit, j’en profite pour dégager quelques moutons que la poussière ne cesse de former malgré mon assiduité à passer le balai sous le lit régulièrement et soigneusement. 
Je me relève, je repousse une mèche de mes cheveux qui sont devenus trop longs et mangent mon front,  puisque je n’ai pas pu me rendre chez le coiffeur avant mon enfermement. Au moins, je fais des économies ....
Je lève les yeux vers le plafond où une araignée tisse sa toile tranquillement. Je me retourne pour attraper un balai et la chasser....
Ô surprise,  la chatte  était là, derrière moi, perchée sur un tas de vêtements que j'étais en train de trier, posés sur un valet !     
Elle n’était pas si loin!  C’est la première fois que je la trouvais juchée là-dessus ! Pas du tout habituée à ce tas de vêtements qui avait soudain fait son apparition dans ma chambre,  et qui ne cesse de monter vers le plafond, elle ne parvenait plus à descendre de ce perchoir inattendu ! Sans doute le confinement lui fait-il perdre ses repères à elle également ! Ne pas s’approcher à moins d’un mètre cinquante de ma chatte ! Elle est peut-être porteur sain, comme les enfants!            
Et d’ailleurs, où est donc passé mon autre chat?  "
©Isabelle Sprung


 
 
chatte
 
 
 
 
 
 
 

Écrire un commentaire