Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2020

Faire le deuil en musique

C’est l'anniversaire du décès de mon père aujourd'hui !

Que faisais-tu le 29 juin 1985 ? Aucune idée ! Mais le 30 juin, je m'en souviens parfaitement ! Je  commençais à prendre des cours de théâtre. Je suis allée au théâtre, seule, car mon père à qui j'ai parlé au téléphone ce jour-là,  sans savoir alors que c'était la dernière fois, a refusé de venir, prétextant qu'il était fatigué ! Depuis,  je ne quitte plus personne que j'aime après m'être disputée avec lui ou elle ! Il est parti en fin d'après-midi ce dimanche-là en disant à ma mère et à ma jeune soeur qui vivaient avec lui, qu'il allait au cinéma. Je me suis jamais demandé pourquoi je n'aimais pas  tant que ça aller au cinéma. Pourquoi je n'aime pas le dimanche.  Il n'est jamais revenu, mais il est toujours là. Le temps pour moi n'existe pas, la mort non plus, mais les fantômes, oui. Mon père me rend visite chaque jour, même après tant d'années, sous la forme de souvenirs, de réminiscences, d'odeurs, de sons, d'images, mais aussi sous la forme de conversations que je m'imagine avoir avec lui, de photos de moi où je le vois à ma place, car je lui ressemble un peu, dans la démarche de mon oncle ....  La réalité de ma vie est faite de l'absence de mon père depuis ma jeunesse, mais aussi de la présence des hommes que j'ai rencontrés, que j'ai perdus de vue, qui sont morts ou que je côtoie encore, qui lui ressemblent, physiquement ou par des aspects de leur personnalité, et du fantôme qui m'accompagne au quotidien depuis tout ce temps, qui me parle, m'encourage, me félicite, m'engueule parfois. Il était mélomane, jouait au chef d'orchestre, interprétait magnifiquement les oeuvres les plus difficiles de Chopin au piano, il a travaillé des années  au bloc opératoire en portant un masque et des gants toute la journée, pour protéger ses patients de la mort et de graves infections. Il ne s'en est jamais plaint !!! Il m'a appris à ne pas toucher le masque, et ce qu'était la stérilisation. Quand j'ai applaudi les soignants tous les soirs, c'est également lui que j'ai applaudi. Paix à son âme.

https://www.youtube.com/watch?v=glBbd7jeIPs&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2WMWstEZj3frBUg-cxvY_xeE9xAeq2-zgM9I9lavXAI0V9z9UrmITgkx8

Écrire un commentaire